La logistique chimique passe au digital – Les moyens concrets pour y parvenir

La digitalisation n'est pas un concept étranger au secteur du transport et de la logistique. Bien au contraire, les flux de marchandises sont depuis longtemps gérés grâce à de nombreuses données. Partout dans le monde et chez tous les transporteurs, la logistique de l'information fait partie intégrante du portefeuille de services de tout prestataire logistique.

Grâce aux plates-formes « low-code » ou « no-code », les collaborateurs peuvent créer des applications numériques avec des outils simples qui facilitent le travail et optimisent les processus.
Grâce aux plates-formes « low-code » ou « no-code », les collaborateurs peuvent créer des applications numériques avec des outils simples qui facilitent le travail et optimisent les processus.

Les interfaces EDI facilitent l'enregistrement des commandes, les plates-formes de suivi des expéditions créent un processus de livraison transparent. Et les outils de gestion des événements de la chaîne logistique fournissent des informations sur les retards et permettent de rechercher immédiatement des solutions alternatives. Tout cela impose des exigences élevées en matière de sécurité informatique. La logistique représente donc une infrastructure essentielle pour l'approvisionnement des entreprises et de la société.

La transformation numérique en cours chez les prestataires logistiques est également motivée par les besoins des clients. Les expéditeurs de l'industrie chimique ont besoin d'une solution de système logistique qui va du fournisseur au consommateur en passant par les réseaux de production et de commerce. Une telle solution doit inclure tous les mouvements de marchandises, les structures d'entrepôt et la logistique de l'information nécessaire pour contrôler ces réseaux. Dans cette équation, la logistique n'est jamais une simple question d'informatique. En plus de combiner la numérisation avec les actifs physiques, la logistique doit également inclure les personnes qui exécutent les services – dans les terminaux de transit, dans les entrepôts ou au volant d'un camion.

L'imbrication de la digitalisation et de la logistique se reflète fortement dans la structure de gestion des entreprises de logistique, et DACHSER ne fait pas exception. En janvier 2021, Stefan Hohm a été nommé Chief Development Officer, Directeur de l'unité exécutive IT & Development. Il est ainsi responsable de l'organisation informatique mondiale de DACHSER, de la gestion des idées et de l'innovation, ainsi que de la recherche et du développement. Son unité exécutive développe également des approches innovantes pour la logistique contractuelle et pour les solutions industrielles globales, y compris pour l'industrie chimique. Il n'est donc pas surprenant que les agences DACHSER aient déjà mis en œuvre de nombreuses solutions numériques qui ont amélioré le traitement des produits chimiques et des marchandises dangereuses.

Les entreprises de l'industrie chimique se situent à des niveaux très différents en matière de digitalisation – beaucoup ont déjà pris des mesures stratégiques, tandis que d'autres ne font que commencer. Mais la mise en œuvre d'une stratégie de numérisation ne dépend pas nécessairement de la taille de l'entreprise. Le développement ou le déploiement de solutions digitales n'est plus subordonné à la présence d'une énorme équipe informatique. Par exemple, les plates-formes LCNC (low-code/no-code) offrent même aux PME l'agilité et la rapidité de mise en œuvre dont elles ont besoin pour réussir dans le domaine de la numérisation.

Dans le monde des affaires, cette tendance à utiliser des plateformes LCNC est connue sous le nom de développement citoyen. Selon la société de recherche et de conseil en technologie Gartner, d'ici 2024, environ 65 % des applications d'entreprise seront développées de cette manière. Les plates-formes LCNC sont aussi désormais l'un des nombreux éléments constitutifs de la transformation numérique de DACHSER. Au-delà d'une affinité de base avec l'informatique, les utilisateurs n'ont pas besoin de connaissances approfondies en programmation. En tant que développeurs citoyens, les employés ont accès à un environnement de développement direct, où ils peuvent utiliser des outils simples pour créer des applications numériques qui s'appuient sur leurs tâches quotidiennes, facilitent la vie de chacun et optimisent les processus. DACHSER fournit également des applications LCNC centrales pour partager les meilleures pratiques, surveille et pilote également les développements LCNC au sein de l'entreprise.

Utilisation de tablettes pour l'inspection des véhicules

DACHSER utilise des applications numériques dans un grand nombre de contextes. Un grand nombre d'étapes et de processus de travail traditionnellement réalisés sur papier sont des candidats parfaits pour la digitalisation. Lors des inspections de routine des véhicules, utilisés pour le transport de marchandises dangereuses, par exemple, la documentation était généralement remplie avec un porte-documents à la main. La digitalisation de ce processus sur des tablettes améliore à la fois l'efficacité et la durabilité, car elle supprime la discontinuité entre les documents papier et les logiciels tels que Word ou Excel. Les documents sont ainsi plus rapidement disponibles de manière centralisée, ce qui augmente la transparence et permet une meilleure analyse des informations.

Outre ces applications simples, les plates-formes LCNC peuvent également être utilisées pour cartographier numériquement des processus commerciaux plus complexes. Cela encourage également un état d'esprit digital chez tous les employés, tout en favorisant la créativité numérique et en facilitant la vie dans toute l'organisation.

Les entreprises qui font évoluer les compétences de leurs collaborateurs vers le développement amateur sont une nouvelle tendance. Les plateformes de traitement des documents numériques existent depuis bien plus longtemps. DACHSER les utilise pour gérer une multitude de documents provenant de toutes sortes de canaux d'entrée et les relie, via un identifiant univoque, à des systèmes centraux tels que le système de gestion des transports de l'entreprise. Ainsi, les documents – physiques et numériques – envoyés par courrier électronique ou via un EDI sont disponibles tout au long de la chaîne d'approvisionnement. Prenons l'exemple du transport multimodal de marchandises dangereuses : la déclaration maritime (conformément au code IMDG 5.4) est envoyée directement par l'expéditeur par courrier électronique à une adresse technique, où elle est couplée aux données d'expédition, de sorte que le document peut être consulté de partout, tout au long de la chaîne logistique. Cela inclut un processus de vérification. L'expéditeur a l'avantage de ne plus avoir à signer manuellement le document ; il suffit au transporteur d'y ajouter la mention « reçu initialement par voie électronique » lors de la remise physique à l'entreprise de transport.

Passons maintenant à l'avenir de la logistique des produits chimiques et des marchandises dangereuses. La blockchain offre une transparence dans l'exécution et la documentation des transactions au sein d'un environnement fiable, ce qui rend cette technologie généralement adaptée à une utilisation dans la chaîne d'approvisionnement. Un exemple d'application pourrait être les informations sur les marchandises dangereuses auxquelles toutes les parties prenantes de la chaîne d'approvisionnement peuvent accéder ,en fonction de leur autorisation, et remonter jusqu'à leur source.


La technologie blockchain n'en est encore qu'à ses débuts, notamment en ce qui concerne les réglementations juridiques. Mais il ne fait aucun doute qu'elle a le potentiel d'être un atout majeur dans la logistique des marchandises dangereuses et d'élever le niveau d'automatisation.

La digitalisation joue un rôle crucial dans la logistique.
La digitalisation joue un rôle crucial dans la logistique.

L'évolution, pas la rupture

À l'avenir, il semble également que les changements que la digitalisation apportera à la logistique ne seront pas perturbateurs. Nous assisterons plutôt à un développement évolutif sous la forme d'un réseau cyber-socio-physique. Cela profitera notamment aux PME de l'industrie chimique, qui comptent sur un partenaire fiable et digitalisé pour répondre à leurs besoins logistiques dans le monde entier.

Contact Joanne Fernandes