Actualités

Présence mondiale

Les maisons sans matériaux en bois du fabricant autrichien Kaindl/Kronospan sont rares. Parvenir à une distribution aussi généralisée est un vrai défi logistique.

Pôle logistique : la grande surface Kaindl à Wals.
Pôle logistique : la grande surface Kaindl à Wals.

L’entreprise familiale Kaindl, présente dans le monde entier sous la marque Kronospan, est le plus grand fabricant de parquets en bois, de stratifiés, de sols design, de plans de travail et de surfaces décoratives. Chaque année, des milliers de conteneurs complets de produits dérivés du bois les plus divers quittent ses usines autrichiennes. Ils sont notamment destinés à des négociants et des entreprises de transformation d’Extrême-Orient et du continent américain.

DACHSER est partenaire logistique de cette entreprise de - puis dix ans. Les conteneurs prêts à l’envoi sont expédiés, par semi-remorques, des usines de Salzbourg et Lungötz, dans la région salzbourgeoise, vers le CTS (Container Terminal Salzburg). De là, ils sont convoyés par train jusqu’à Hambourg et Bremerhaven. Les porte-conteneurs les acheminent ensuite par exemple jusqu’aux ports japo - nais de Tokyo, Osaka et Nagoya. D’autres navires rallient les ports de Taichung et Keelung à Taïwan, et d’autres les villes mexicaines de Veracruz et d’Altamira.

La fiabilité avant tout

« En tant que grand exportateur européen, la fiabilité des transports est primordiale pour nous  », souligne Volker Lenzing, responsable logistique chez Kronospan. Et il précise que les marges étant faibles sur chaque produit, la chaîne d’approvisionnement doit fonctionner de façon optimale. Ce groupe d’entreprises ne laisse d’ailleurs jamais rien au hasard et cherche en permanence des moyens plus efficaces pour charger les conteneurs et optimiser davantage le conditionnement.

«  Comme il s’agit de matériel en bois, la communication entre les équipes aux États-Unis et Kaindl en Autriche est extrêmement importante  »

DACHSER dispose de procédures normalisées pour chaque destination, avec notamment des temps de chargement fixes pour éviter les frais d’entreposage et de location pour les conteneurs (frais de « surestarie » ou de « détention »). DACHSER a également introduit des délais d’acheminement fixes et un planning hebdomadaire, ce qui nécessite une bonne circulation des informations. Pour permettre à Kaindl de surveiller ses expéditions à tout moment, DACHSER a mis en place une solution informatique dédiée. L’entre - prise peut ainsi consulter en ligne toutes les données perti - nentes, y compris les instructions et les changements hebdomadaires.

Usine de fabrication de décors en bois Kaindl.
Usine de fabrication de décors en bois Kaindl.

Une réactivité nécessaire

Bien que la quantité de conteneurs nous soit en général communiquée des semaines à l’avance, un maximum de flexibilité est nécessaire, explique Michael Rainer, Manag - ing Director ASL East Europe and Austria chez DACHSER. « Dès que la demande est émise par Kaindl, les conteneurs requis doivent être mis à disposition par le CTS à Salzbourg ». Mais il peut arriver que des commandes doivent être traitées à l’improviste. «  Il faut parfois préparer 10 à 20 conteneurs en 24 heures », indique Michael Rainer, dé - crivant ainsi l’un des défis à relever. Il ajoute qu’il faut dans ce cas réagir rapidement et disposer de conteneurs vides. Et cela sans frais additionnels pour le client, c’est là que réside pour lui le tour de force. Il faut anticiper les besoins et exploiter les capacités réservées en conteneurs de la manière la plus efficace.

La fiabilité de la planification est un grand avantage pour Kaindl. « Le client a besoin d’être certain que les produits qu’il fabrique peuvent être expédiés en temps voulu », explique Michael Rainer. Aussi, malgré les quantités importantes à traiter, aucune livraison n’a été retardée jusqu’à présent, poursuit-t-il fièrement. Mais DACHSER n’intervient pas seulement à l’export. Pour Kaindl, l’entreprise importe surtout de l’oxyde d’aluminium et du papier, qui servent entre autres à la fabrication de plans de travail de cuisine.

Expédition de machines de fabrication complètes

Pour l’usine Kaindl de Salzbourg, DACHSER transporte principalement des chargements de conteneurs complets à l’import et à l’export. Pour Kronospan, le groupe prend également en charge le fret aérien et le transport de grou - page par voie maritime. Lorsque Kronospan a étendu l’an dernier ses capacités de fabrication à Eastaboga, dans l’état fédéral de l’Alabama, aux États-Unis, DACHSER lui a livré des machines de production d’agglomérés dans plus de 200 conteneurs, pour certains surdimensionnés.

À cela s’ajoutent des livraisons ponctuelles de pièces détachées expédiées par envois LCL ou par fret aérien. Présentant un autre domaine d’activité, Michael Rainer déclare  : «  Notre service de fret aérien sert aussi à ache - miner les derniers modèles aux États-Unis afin de les utiliser comme stock d’exposition  ». C’est ainsi que, de temps à autre, de nouveaux modèles sont directement transportés vers les showrooms de clients de Kaindl, aux États-Unis et au Canada. DACHSER et ses partenaires canadiens s’occu - pent également du dédouanement sur place. «  Comme il s’agit de matériel en bois, la communication entre les équipes aux États-Unis et Kaindl en Autriche est extrêmement importante  », souligne Michael Rainer. Les colla - borateurs doivent veiller à ce que tous les documents exigés par les autorités américaines soient disponibles en temps voulu.

En route pour les marchés internationaux : le train de Kaindl.
En route pour les marchés internationaux : le train de Kaindl.

Réactivité contre le coronavirus

Ces derniers mois, DACHSER a pris en charge pour le compte de Kaindl une nouvelle tâche logistique liée à la pandémie du coronavirus. «  Lors de la première vague en janvier, nous avons grâce à DACHSER importé de Chine d’innom - brables palettes d’équipements de protection et de masques pour le secteur médical  », rapporte Volker Lenzing. Et il ajoute que Kaindl a ensuite fait don de masques (tant attendus) à diverses cliniques de Salzbourg.

« Notre contribution la plus importante dans ce cadre a été de fournir des capacités de transport grâce à nos propres services de charter aérien, alors qu’il n’y en avait plus beaucoup sur le marché libre, et de garantir ainsi des départs rapides. Le besoin en masques étant urgent, les délais de livraison avaient la priorité sur tout le reste. Ces envois ont donc été classés prioritaires, comme ‘envois urgents’ sur nos vols charter », indique Michael Rainer pour expliquer le défi posé par la situation.

«  Le principal problème est venu des douanes autri - chiennes, qui n’étaient pas préparées à l’importation de ce type de marchandises  », explique Volker Lenzing. Et ce n’était même pas la faute des autorités. « À cette époque, les importations massives de masques de protection faisaient que les formalités douanières changeaient quasi - ment d’une semaine sur l’autre, se souvient Michael Rainer. Nous avons alors été autorisés à servir d’intermédiaire entre les autorités douanières et Kaindl pour répondre aux nouvelles exigences et obtenir les certificats, confirmations et signatures nécessaires en temps voulu. »

DACHSER est malgré tout parvenu à transporter les équipements de l’aéroport de Shanghai à celui de Francfort, et de là, grâce à une livraison spéciale transitant par l’aéroport de Linz-Hörsching, à les acheminer à Salzbourg pour leur dédouanement.

Même si le transport des masques n’a été qu’une opéra - tion ponctuelle, une telle mission n’aurait pas vraiment pu être accomplie sans la flexibilité, la mise à disposition rapide de capacités et le réseau mondial de DACHSER. Mais après tout, c’est là aussi l’un des atouts majeurs de la logistique intelligente.

Contact Joanne Fernandes